Nous faisons partie d’un projet de recherche Co-Create financé par Innoviris. Au travers de l’action Co-create, Innoviris souhaite faire un rapprochement entre la population bruxelloise, le monde de la recherche et de l’innovation et le monde de l’entreprise.

Nous collaborons avec l’Ulb et Credal sur ce projet.

L’approche

Le projet vise à co-produire des connaissances scientifiques qui font bouger le monde. Le projet s’inspire des méthodologies de Recherche-Action Participative afin de mener des recherches, d’apprendre ensemble et d’agir sur la façon dont les Bruxellois se nourrissent.

Les chercheurs et acteurs de terrain s’engagent à faire dialoguer leurs connaissances, expériences et façons de voir pour faire de la ville de Bruxelles un lieu où toutes les personnes se trouvent dans la capacité de bien se nourrir, avec des produits de qualité, et issus d’une agriculture plus juste et écologiquement durable.

Les objectifs de la recherche sont les suivants:

Démontrer la viabilité d’un modèle d’agriculture urbaine et collaborative et en faciliter ensuite sa réappropriation par d’autres acteurs :

  • Produire des légumes, des fruits et des condiments sur des jardins privatifs ou des zones à réaffecter dans une commune bruxelloise et sa périphérie, et ce de manière rentable
  • Démarcher une clientèle ultra-locale directement investie dans la production par la participation à la logistique, l’infrastructure et l’achat direct ;
  • Lier les zones de production entre elles en un tissu connecté dans le quartier afin d’en augmenter la résilience, et apprécier son impact sur la biodiversité ;
  • Explorer et produire un résultat de recherche qui permette d’étudier la viabilité agro-écologique et socio-économique, quantifier les volumes produits, le temps imparti, la plus-value apportée et qualifier les investissements nécessaires, les résultats obtenus en termes de : cohésion sociale, bien être, économie circulaire, production locale, expérimentation permanente, création d’emploi, le type de surfaces et leur inter-connection aux autres jardins ;
  • Pouvoir transmettre aux Nimaculteurs (non-initiés au monde agricole) un modèle à suivre sur les 3 premières années de leur transition et ainsi leur permettre de réduire les risques liés à l’installation et d’améliorer leurs chances de succès ;
  • Encourager l’essaimage d’un modèle innovant d’agriculture urbaine.

La valeur socio-économique ajoutée des objectifs;

  • Diffusion d’un nouveau type de maraîchage urbain potentiellement très productif et donc création d’emplois ;
  • Production de produits frais exempts de pesticides ;
  • Valorisation de terrains, de jardins, de la biodiversité naturelle et agricole (anciennes variétés, diversité) ;
  • Intégration des principes de l’économie circulaire ;
  • Implication des propriétaires de jardins et terrains ;
  • Favoriser des échanges locaux et donc une diminution du transport de marchandises ;
  • Encourager la cohésion sociale intergénérationnelle par la transmission de savoir-faire et la réappropriation collective des questions alimentaire et agricole ;
  • Amélioration de la nutrition et de l’accessibilité d’une nourriture de qualité ;
  • Limiter les investissements et donc accentuer le degré de réplicabilité potentiel.